Infos matériel vélo



J’ai passé un temps infini ces derniers mois sur les sites de matériel de vélo et sur les blogs de baroudeurs où j’ai pu trouver pas mal d’infos. Bien content que des gens partagent, voici en remerciement quelques explications concernant mes choix matériels. 

L’idée de ce voyage est de combiner la découverte de pays que je ne connais pas avec le côté sportif du cyclisme.

J’ai donc opté pour un vélo de gravel avec un cadre typé course mais permettant de transporter des bagages (que je minimise autant que possible tout en souhaitant un peu d’autonomie, c’est à dire pouvoir dormir sous tente et se faire à manger quand c’est possible) et acceptant des pneus plus larges que les vélos de route.

J'ai beaucoup été inspiré par ce super film à voir absolument retraçant l'épopée de deux gars qui ont traversé les Alpes avec des vélos de gravel tout en faisant du ski de pente raide : Ice&Palms
Je remercie d'ailleurs Jochen Mesle avec qui j'ai pu échanger sur certains détails techniques

C’est avec le magasin de Laurent Tillous à Arette que nous avons peu à peu monté ce vélo, ce qui a pris un peu de temps car j’avais une idée bien précise de ce que je voulais et le résultat final s’est fait attendre. Je le remercie d’ailleurs pour sa patience face à mes choix pointilleux et aussi bien sûr pour ses conseils avisés qui ont parfois modifié à juste titre ce que j’avais imaginé. 

Le vélo est ainsi composé :

- Cadre : il s’agit du cadre de gravel Trek Checkpoint ALR modèle 2020, offrant des supports pour la bagagerie avant ou arrière ainsi que de nombreux inserts très pratiques pour installer différents accessoires

- Transmission : j’ai fait le choix d’un mono-plateau Sram à l’avant (40 dents) parce qu’il est très agréable de n’avoir à manipuler qu’une manette de vitesse et aussi parce que ça fait toujours un point mécanique en moins qui pourrait poser problème. A l’arrière, il s’agit d’une cassette Sram XX1 XG-1199 (11 vitesses en 10-42) qui devrait permettre d’appuyer sur les plats tout en ayant de la marge pour les cols les plus rudes. L’ensemble de la transmission est montée en Sram, avec manettes et dérailleurs Rival

- Freins : j’ai choisi des freins à disques mécaniques (à câbles), afin de faciliter les réparations et démontages de roues lors des crevaisons. En étriers, il s’agit du Shimano Sora 3000 RS305. Pour les disques, il s’agit du modèle Shimano SM-RT70

 - Roues : c’est un point important pour un vélo qui va être un peu chargé et qui devrait emprunter des pistes carrossables de temps. Nous sommes partis sur les Mavic Ksyrium UST Disc

- Pneus : valeurs sûres et grands classiques du voyage, les Schwalbe Marathon Plus (en 700X35C) devraient tenir le coup. Ils sont montés avec des chambre à air dans lesquels du produit anti-crevaison pour pneus Tubeless a été injecté. Leur dessin devrait à la fois permettre de ne pas se sentir collé à la route tout en permettant d’emprunter des pistes si besoin

- Selle : j’ai investi dans ce qui semble être la rolls du voyageur, une selle tout cuir Brooks B17 Standard. Par erreur j’ai commandé le modèle femme mais en fait j’y suis très bien. Ces selles demandent un peu d’entretien au début pour assouplir le cuir (avec le produit Proofide préconisé) pendant la période de rodage, afin qu’il se forme plus facilement aux fesses du cycliste

- Cintre : il fait 50 cm de largeur aux manettes, ce qui, habitué à un cintre de course, m’a semblé large au début mais c’est en fait très agréable, il offre une grande maniabilité et correspond à la largeur de ma roue avant lorsque le sacoches s’y trouvent

- Pédales : les Xpédo Trvs Duo conviennent parfaitement à ce que je souhaitais, légères et minimalistes avec un coté doté du système de fixation SPD, l’autre plat avec des ergots pour le grip, afin pouvoir pédaler en chaussures normales si besoin

- Chaussures : je pars avec des chaussures de VTT XA Élite de Mavic que j’avais déjà, l’avantage étant d’avoir les inserts de pédales qui ne dépassent pas et ainsi pouvoir marcher normalement en quittant le vélo


La bagagerie, un point essentiel : 

Pas facile de choisir ce que l’on va emmener et comment équiper le vélo en fonction. Je pars sur un équipement vestimentaire minimaliste (en gros une tenue de vélo et un change pour le soir) car je traverse des pays aux températures clémentes, quitte à acheter sur place si cela ne suffit pas. 

- Sacoches : je prends l’option de mettre les sacoches à l’avant plutôt qu’à l’arrière. Il semble que ce soit mieux pour trois raisons : on pousse le poids plutôt que le tirer, ce qui est plus facile ; on évite de trop solliciter la roue arrière sur laquelle il y a déjà le poids du cycliste ; quand on monte en danseuse, la roue avant ne bouge pratiquement pas alors qu’à l’arrière on peut avoir un balan désagréable.
J’ai opté pour les sacoches Vaude Aqua Front qui font 14 litres chacune.
A l’arrière une sacoche de selle Specialized Burra Burra 20 litres me permettra de glisser notamment une tente légère et du complément d’eau, vestimentaire ou alimentaire.
Sous la barre de cadre, une petite sacoche permet de contenir tout le nécessaire de réparation.
Devant le guidon, une autre petite sacoche de cadre accueillera le tout-venant qui doit être rapidement accessible

- Porte-bagage : j’ai choisi le Tubus Tara, simple et minimaliste. Il s’adapte bien sur les vélos munis de freins à disques, ce qui n’est pas le cas de tous les modèles car les étriers de freins dépassent sur le côté. Seul bémol dans mon cas, je suis obligé de retirer le porte-bagage si je veux démonter la roue car il tombe pile en face de l’axe. J’espère donc que les crevaisons ne seront pas trop nombreuses


Les accessoires divers :

- Béquilles : c’est un élément qui alourdit le vélo mais qui me semble indispensable. Il n’est pas si facile de trouver ce qui convient. J’ai fini par mettre une béquille Nakamura Hauban 20-24 à l’arrière avec une adaptation personnelle car le frein à disque en empêchait l’installation classique. Pour plus de stabilité et de sécurité ayant mes sacoches à l’avant, j’ai mis sur le porte-bagage la béquille dédiée de Tubus pour Lowrider

- Ecarteur de danger : je verrai si je le garde mais au bénéfice d’une petite excursion locale, j’ai constaté que les voitures hésitent beaucoup plus à doubler en vous frôlant lorsque c’est étroit (sûrement plus la peur de rayer la carrosserie que de renverser le bonhomme !)

- Rétroviseur : idem, je verrai à l’usage mais j’avais trouvé cet accessoire pratique lors de précédents voyages, il permet au moins de repérer ceux qui arrivent à 180 km/h et qui vont vous frôler ! Le modèle Zéfal Spy est minimaliste et peut être installé ou sorti rapidement

-  Gourdes : les nombreux inserts présents sur mon cadre permettent d’installer 3 porte-gourdes ce qui sera pratique pour les sections nécessitant de l’autonomie. J’ai choisi des gourdes thermiques Camelbak Podium Big Chill 750 ml

- Compteur : pratique pour savoir combien de km on a fait depuis le matin, le vélo est équipé du  classique Sigma BC 9.16 ATS

- Porte téléphone : utile surtout pour l'orientation, j'ai choisi le modèle minimalisme Cyclyk The Beam

- Pompe : au bénéfice des nombreux inserts présent sur le cadre, j’ai installé la minimaliste Zéfal Air Profils FC01